Les petits, les grands Noëls. Décembre valse au rythme des apéros ou repas festifs et, quand je m’y colle, c’est l’explosion en termes d’organisation. Je commence mille choses à la minute, retourne trois fois au magasin parce que j’ai oublié l’orange, puis l’eau gazeuse pour les Spritz et dévaste l’appartement pour trouver LE plat que j’ai débarrassé depuis longtemps.

Surtout, j’ai toujours de la marge pour une conversation avec la voisine, un verre avec une amie qui passe en bas de chez moi, la lecture d’un article qui m’absorbe subitement. Je manque de sens des priorités et, oui, à la fin, je panique, car tout n’est pas prêt.