Nous savons que, pour éviter une débâcle climatique, nos modes de vie doivent évoluer et devenir moins émetteurs de CO2 et autres gaz qui réchauffent l’atmosphère terrestre. Mais comment y arriver vite et à des coûts faibles? Contrairement à ce qui est souvent dit, ce n’est pas le seul progrès technique qui nous fera avancer. Nos comportements en tant qu’individus ou industriels sont responsables pour beaucoup de la problématique climatique (gros véhicules, déplacements nombreux, logements de plus en plus grands, alimentation trop carnée…).

Les deux concepts de sobriété et d’efficacité énergétiques vous sont peut-être quelque peu familiers. Mais de quoi s’agit-il exactement? La sobriété correspond aux choix que nous faisons consciemment. C’est le volume du réfrigérateur que j’achète, la température à laquelle je chauffe mon appartement ou refroidi mes bureaux, la taille de la voiture que je vais acquérir et les distances que je vais parcourir avec… Car plus le volume est gros, plus l’action est importante et plus je vais consommer d’énergie et moins mon bilan CO2 sera bon. Tous ces choix que je fais correspondent à la partie active de ma transition énergétique. L’efficacité, elle, est synonyme de la meilleure technique du moment. C’est l’étiquette A +++ d’un réfrigérateur, la motorisation hybride d’une voiture, etc. C’est la part passive de la transition énergétique, car une fois la taille de l’objet choisie, la technique fait le reste.