Revue de presse

Recherche désespérément la petite Maddie McCann, disparue depuis 2007

Dix ans après la disparition de la fillette britannique en Algarve, une des affaires de «kidnapping» les plus médiatisées de ces dernières années rebondit encore une fois. Les médias anglais parlent d’une suspecte identifiée et pistée dans toute l’Europe

Souvenez-vous. C’était il y a exactement dix ans – déjà –, le 3 mai 2007: la petite Britannique Madeleine McCann, à quelques jours de son quatrième anniversaire, disparaît de sa chambre, dans la station balnéaire de Praia da Luz, au sud du Portugal, où elle séjourne en vacances avec sa famille. Depuis, plus de nouvelles.

La police lusitanienne a classé l’enquête en 2008 après un peu plus d’une année d’investigations controversées, marquées notamment par la mise en examen des parents de la fillette, qui ont ensuite été blanchis.

Puis, après avoir passé deux ans à étudier le dossier, la police britannique, cette fois, a ouvert sa propre enquête en 2013 et effectué plusieurs déplacements au Portugal, sans que ses fouilles aient jamais révélé le moindre indice. Cette semaine encore, Scotland Yard a assuré continuer à s’intéresser à des «pistes significatives» en insistant sur le fait qu’aucune preuve n’établissait clairement la mort de l’enfant, pendant que certains ironisent sur Twitter en critiquant cet acharnement des policiers:

Malgré tout, aujourd’hui, les parents de la fillette, Gerry et Kate MCann, ont confié à la BBC avoir toujours «l’espoir» de retrouver leur fille, en décrivant le dixième anniversaire du drame comme un «terrifiant marqueur du temps, du temps volé». Car, explique entre autres Sudinfo en Belgique, pour l’ancien inspecteur de police britannique Mick Neville, «il doit être possible, grâce à un outil de reconnaissance faciale», via Facebook, de retrouver la disparue. D’autant que, «régulièrement, des personnes liées à ce dossier assurent qu’il est tout à fait possible» qu’elle «soit toujours en vie». L’exercice a déjà été tenté en 2012, lorsque Maddie aurait (a?) atteint sa 9e année:

La semaine dernière, la police britannique a d’ailleurs indiqué poursuivre l’enquête, selon Paris Match et le site belge 7 sur 7. Et, plus intéressant si ceci est vrai: «Nous avons une piste significative qui vaut la peine d’être poursuivie», a révélé Mark Rowley, commissaire adjoint dans l’enquête. «Elle pourrait nous apporter une réponse.» Le quotidien en ligne The Independent parle d'«une femme suspecte identifiée», qui serait «recherchée dans toute l’Europe», complète le Sunday Express. Une «mystérieuse» personne qui aurait été aperçue à Praia da Luz au moment des faits et qui «pourrait mettre fin à l’impasse» dans laquelle se trouve l’enquête depuis 2007 et même «conduire à une arrestation». Mais le sujet agace aussi prodigieusement une partie des Britanniques, lesquels vomissent les tabloïds qui en font leurs choux gras:

De son côté, Gonçalo Amaral, un des policiers portugais qui a pris part à l’enquête, a émis une nouvelle théorie, plus fantasque, dans une interview de Sunday Night, une émission de télé australienne. D’après lui, ce sont ses parents, «qui auraient accidentellement tué la fillette et se seraient fait aider par le MI-5 afin de dissimuler le corps»! D’ailleurs, «ce n’est pas la première fois» qu’il profère de telles accusations et il s’était «fait évincer de l’enquête pour cette raison»: «Moins on parle de Gonçalo Amaral, mieux c’est», ont réagi les McCann à propos de cette nouvelle sortie médiatique.

Mais si Maddie est encore en vie, en revanche, «où peut-elle bien être», elle qui aurait pas loin de 14 ans aujourd’hui? «Que s’est-il réellement passé? Sait-elle seulement qu’elle a été enlevée? Sur le réseau social, des millions de photos sont chargées chaque jour, et même si personne n’est «tagué» sur le cliché, l’outil de Facebook permettrait de découvrir si quelqu’un, sur une photo, correspond aux traits de la petite Maddie. D’autant plus qu’une tache dans son œil la rend unique. Car en dix ans, le visage de la fillette a probablement changé et il ne serait pas étonnant, si elle est toujours en vie, qu’elle passe aujourd’hui inaperçue.»

Partout, elle a été «vue»

Le saurons-nous seulement un jour? Il y a 40 000 pièces de procédure dans cette affaire, relève Le Parisien, «et il ne se passe quasiment pas un mois sans qu’une nouvelle piste – plus ou moins fantaisiste – émerge. La petite fille, dont le visage a été vieilli sur les avis de recherche, a soi-disant été aperçue partout dans le monde: au Maroc, dans l’Himalaya et même dans un fast-food du XVe arrondissement de Paris…» Au Paraguay, également, il y a une année de cela.

Une source anonyme aurait aussi révélé tout récemment au Daily Star que dans «une station essence de Marrakech», il aurait vu «un homme avec une petite fille, qui avait l’air très bouleversée», peu de temps après la disparition de Maddie. Elle aurait dit: «Est-ce qu’on peut voir maman maintenant?» Un témoignage qui va dans le sens d’un kidnapping «par un réseau de trafiquants d’enfants»: «Le ravisseur l’aurait enlevée au Portugal avant de l’emmener en Afrique. […] La police ne l’a pas interrogée, alors qu’elle a signalé cette étrange rencontre. Et ce n’est pas la seule personne qui dit avoir vu l’enfant à Marrakech.»

Le mystère reste entier

Et pendant tout ce temps, meurtrie par la disparition de la fillette anglaise, la petite station balnéaire portugaise tente d’effacer les stigmates de ce fait divers devenu planétaire. Le sujet échauffe les esprits. Enlèvement, mort accidentelle, homicide, cambriolage qui a mal tourné? Une décennie et des centaines d’interrogatoires et perquisitions plus tard, le mystère reste entier pour la police portugaise, et pour Scotland Yard.

Publicité