Digitale attitude

La reconnaissance faciale tous azimuts

Plus besoin de billet! À l’avenir pour voyager, il suffira de présenter son visage devant une borne pour avoir le droit d’embarquer

Dans de nombreux pays, les compagnies de transports mettent en place des systèmes de reconnaissance faciale pour assurer une plus grande sécurité et accélérer le check-in des passagers. L’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, par exemple, teste depuis plusieurs mois un logiciel de reconnaissance faciale aux contrôles de sécurité. La ligne ferroviaire Eurostar fait de même pour les départs depuis la gare du Nord.

Pour la compagnie d’aviation Finnair, la mise en place d’un tel système s’inscrit dans leur vision d’un enregistrement «mains dans les poches», où les passagers n’auront plus besoin de documents de voyage. Quant à la compagnie américaine Delta Airlines, elle vient d’annoncer un projet pilote pour accélérer l’enregistrement des bagages, grâce à un ordinateur qui scanne les visages.

Intelligence artificielle

Les logiciels permettant la reconnaissance automatique d’une personne à partir de son faciès ont énormément progressé et s’intégreront de plus en plus dans notre quotidien. Les progrès réalisés sont dus à l’intelligence artificielle et au «deep learning», une technique qui permet à un programme de reconnaître des images à force de les lui montrer régulièrement.

En Chine, la technologie devient courante pour effectuer des paiements mobiles. Mais on la retrouve aussi dans un restaurant de la chaîne américaine KFC, pour suggérer un menu adapté aux clients réguliers. Un professeur s’en sert pour voir si ses étudiants sont attentifs en classe et dans une université, des scanners ont été installés pour débloquer l’entrée des dortoirs féminins.

L’identification va-t-elle trop loin?

Lors du dernier marathon de Pékin, les dernières tendances numériques ont été utilisées pour débusquer les tricheurs qui auraient échangé leurs dossards. Mais au Temple du Ciel à Pékin, lieu hautement touristique, ce mode d’identification a été poussé trop loin. Les visiteurs doivent se faire prendre en photo pour utiliser les WC, les distributeurs de papier toilette étant équipés de reconnaissance faciale pour éviter un usage excessif.

La reconnaissance faciale? Une atteinte de plus à la vie privée. Et nous n’avons pas d’autre choix que de faire bonne figure.

Publicité