Dans nos vies suroccupées où gagner du temps est une quête perpétuelle, visionner les séries télés en accéléré serait une option pour dégager de précieuses minutes. Au grand bonheur des adeptes, donc, regarder un épisode à une allure deux fois supérieure à la normale n’entame en rien la compréhension du scénario et permet d’en consommer davantage.

Un mode de fonctionnement bizarrement déploré par certains. David Chen, producteur de podcasts et d’émissions télévisuelles, partage sa consternation dans le New York Times: «Le timing dramatique ou l’effet comique se perdent en mode accéléré, ainsi que les moments de silence, qui sont intentionnels. Visionner un film ainsi change son rythme et dilue le message de l’auteur.»

Une extension Google Chrome

Contrairement à YouTube, la majorité des distributeurs – Netflix, Hulu et HBO – n’offrent pas la possibilité d’accélérer le déroulement d’un film, mais une extension Google Chrome permet de le faire sur leurs plateformes. Plus de 100 000 personnes l’auraient déjà téléchargée, selon le Washington Post.

Cette pratique, qui est finalement un acte personnel et intime, a été repéré sur les chaines câblées américaines TBS et TNT. Toutes deux ont été prises en flagrant délit d’accélération des épisodes en rediffusion de Seinfeld et Friends, afin d’y insérer des spots publicitaires. Un procédé qui a écourté chaque épisode de 2 minutes et modifié les voix des acteurs.

Aussi avec les livres audio

Mais il n’y a pas que la vidéo qui se pratique à une vitesse supérieure. Selon Audible, le plus grand distributeur de livres audio américain, de nombreux lecteurs écoutent les récits en mode rapide à x 1.25 ou x 1.5, trouvant le débit des narrateurs trop lent.

Les progrès technologiques soumettent notre époque à un rythme de plus en plus rapide, écrivait James Gleick en 1999 dans son livre intitulé Toujours plus vite: de l'accélération de tout ou presque. Décrivant notre course effrénée pour récupérer des nanosecondes dans la journée, il donnait des exemples tirés de la vie contemporaine qui restent d’actualité aujourd’hui – les télécommandes, le speed dialing, les fast- foods, les boutons de fermeture des portes dans les ascenseurs… Ce qui nous amène à cette question: mais pourquoi sommes-nous si pressés, au fond?

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.