Toujours très attendues, les conférences de presse du Conseil fédéral font passer les Suisses et les Suissesses par tous les états d’âme. Celles de ce mercredi provoquent soulagement, libération, et même de la joie.

Contrairement à plusieurs épisodes précédents, les mesures annoncées vont en effet plus loin que celles prévues initialement. Grâce à un net recul des nouveaux cas.

L’été s’annonce beau. Sur les terrasses soufflera un air de liberté: plus de masque, plus de limitation du nombre de convives, plus de traçage. Dans les restaurants, il y aura encore quelques règles à respecter, dont l’enregistrement de ses données. Mais cela n’est plus qu’un détail et illustre la différence voulue entre l’extérieur et l’intérieur. Ainsi, le port du masque demeure obligatoire dans les magasins ou les transports publics, ce qui prouve que le retour à la normalité n’est pas encore absolu.

A lire également: Le Conseil fédéral met la Suisse en mode vacances

Appel à la vaccination

L’accélération du rythme des ouvertures va de pair avec la vaccination. Elle se développe. D’ici à la fin juin, la moitié de la population aura eu ses deux doses, selon les autorités. C’est encourageant, mais encore insuffisant. L’essentiel est désormais de convaincre les personnes hésitantes, voire récalcitrantes, de se faire enfin vacciner. En premier lieu pour elles, mais aussi pour leurs proches et plus largement pour toute la société. Au vu de la crise pandémique, c’est une responsabilité sociétale pas encore suffisamment largement assumée. Certains cantons constatent en effet que les prises de rendez-vous diminuent. Dans le canton de Genève, par exemple, le taux de vaccination est de 50%, mais il n'a pas encore atteint le seuil d’immunité collective, qui est de 70 à 80%.

A lire aussi: Covid-19: «Se rappeler que nous sommes liés les uns aux autres peut être une bonne stratégie pour rester mobilisé»

Eviter un retour de balancier

C’est dire que les appels à la vaccination doivent se poursuivre. Un moyen incitatif supplémentaire et bienvenu a été décidé par le gouvernement: pour toutes les manifestations exigeant le certificat covid, il n’y aura plus de restrictions. Certes, les grands événements vont rester rares, mais, à terme, ce certificat deviendra le sésame indispensable pour s’amuser et voyager en toute liberté.

Le soulagement ne doit pas laisser place à l’excès. La Suisse entre dans une phase de stabilisation et non de normalisation. Les mesures décidées par le Conseil fédéral sont donc un grand pas: «Elles sont courageuses, mais pas téméraires», selon le roi de la formule qu’est devenu Alain Berset. La population doit rester raisonnable et être consciente que suivant l’évolution des variants un retour de balancier n’est pas exclu.