Le covid fait de gros dégâts. A la santé physique, bien sûr, mais surtout, ces temps et dans notre région, à la santé psychologique. Les mises en quarantaine systématiques des personnes ayant été en contact avec une personne infectée, virent au casse-tête logistique et affectent bien plus les concernés que la maladie ne le ferait.

Syndrome du pestiféré

C’est une amie, tout sauf complotiste, qui m’a alertée. A la suite d'un repas entre copines et la découverte de l’infection d’une d’entre elles, les autres convives ont été assignées à demeure pour dix jours alors qu’aucune n’avait le moindre symptôme. Toutes travaillent et sont mères de famille de jeunes enfants qui viennent de commencer l’école. Cette «dizaine», pour le moins inopportune, tombe donc sur le moral de chacune. D’autant que, lorsque certaines ont souhaité se faire tester pour savoir si elles pouvaient reprendre le cours normal de leur vie, l’hôpital les a accueillies froidement, vu l’absence de symptômes…