Une nouvelle photo du Conseil fédéral? C'est l'occasion rituelle, pour les réseaux de dire si c'est ok ou non, d'en discuter l'esthétique, d'en déployer les associations d'idées. Bref: de faire savoir coram publico ce que l'on en pense.

Cette année, c'était à Doris Leuthard de choisir le photographe. Beat Mumenthaler, de Thoune, spécialiste du portrait, a visiblement décidé de faire dans la citation: d'affiches de cinéma, ou de groupes rock, direction Queen, GoodFellas, la famille Adams. Le tout en pyramide et en noir et blanc très noir et blanc. Bref, un astucieux clin d’œil... A risque?

Ils canardent

Erin Beuret, sur la page Facebook de 24heures: « C'est pourtant pas la Toussaint». Patrick Roulin, même post: «Sans doute pour honorer tous les morts de cette année». Claudine Barbey Germond, lapidaire: «Avis mortuaire».

Mais c'est à la Tribune de Genève que l'on canarde le plus durement, par exemple Priscilla Albrecht: «1) Des boîtes de conserve de fête foraine que l'on vise avec une balle pour gagner une peluche made in China. 2) Un remake de la première photo du CF. 3) Un sapin de noël avec des têtes de mort. Représentatif de la population helvétique ? Clairement, non. Par contre représentatif d'une tour d'ivoire qui se remplit les poches et vit dans le formol.». Ou bien encore Coco Bambil: «Non mais franchement c'est un faire part de décès !!!!!! c'est d'un macabre ..... ça donne le ton pour l'année 2017 .... super encore une année de pleine de joie et de bonne humeur».

Ils tracent les sources d'inspiration

Pas d'humour les internautes? Mais non, mais non: il y tous ceux qui, par leurs associations d'idées aident à mettre en perspective le travail du photographe. Comme Caroline Thomson qui va chercher du côté de Bohemian Rhapsody. Ou Edith Muggli, qui, à l'image de beaucoup d'autres, évoque Queen. Pour Bender Anselme, pas de doute, c'est du côté de La Guerre des Etoiles qu'il faut aller pêcher: «Dark side of the force». Et pour Marie-claire Messerli, de celui de La Famille Adams...

Ils font l'exégèse

Et puis, bien sûr, il y a les experts, les «bundesratologues» qui soulignent qui les messages cachés, qui les incongruités. Comme Claude Bonard:«Couac protocolaire également, avec un conseiller fédéral en-dessous du Chancelier de la Confédération». Ou Grégoire Barbey: «L'image en soi est esthétique. Par contre sa construction interroge en ce qui concerne un gouvernement. Cela ressemble davantage à une affiche de film. De surcroît, les différences de taille des portraits surprennent. En Suisse, tous les conseillers fédéraux ont le même pouvoir, vice-président et président-e compris. Cette hiérarchisation ne me semble donc pas très appropriée. Et puis ce noir et blanc, enfin plutôt gris, a quelque chose de livide, même s'il fait ressortir les visages, il enlève la chaleur humaine. Enfin, il y a ces ombres en bas, dont la présence me semble maladroite. Faut-il y voir un message politique? Avec cette légère brume grise qui les entoure, on croirait les voir au loin, très loin, trop loin. Le photographe voulait montrer une proximité, pourquoi pas. Mais le rajout de ces silhouettes noires éloigne autant que l'absence de couleur. Le travail en lui-même est très beau, mais on s'attend pas à quelque chose d'aussi terne de la part d'un gouvernement censé être investi dans sa mission. Là, on a clairement un sentiment d'effacement.»

Ils et elles ont adoré

Et il y a enfin ceux, mais oui, mais oui, qui ont aimé, adoré: Heidi Tercier, via Darius Rochebin: «Elle est superbe cette photo!». Sonia Balcazar de Molteni: «Merci jolie photo.» Jacques Robert: «Renouveller le sempiternel exercice est difficile! J'aime bien cette version...» Michael Thévenaz: «Simple, sobre mais très bien! Pas besoin de trop de fantaisie». Sandra Pittet: «Superbe photo ...mis à part certains contenants». Dominique Fabien Rimaz: «Y a de l'idée ..post tenebras lux». Nicolas Paupe: «Très classe cette affiche, un noir-blanc contrasté, on dirait un exercice humoristique d'auto-dérision basé sur #houseofcards plus que sur Le Parrain. Tant mieux  Rire c'est bon pour la santé, qu'il disait...»

Darius Rochebin adoucirait-il les moeurs?

On finirait presque par en déduire que le post de Darius Rochebin adoucit les mœurs, tandis que celui de la Tribune de Genève ensauvage le débat. Mais ce serait une méchante interprétation. Car sous le post de Darius aussi, les internautes canardent, à l'image de Didier Tischler Taillard: «Moche et inintéressant»... ou de red Bastide: «Non seulement l'idée est atroce, mais en plus, c'est hyper mal branlé (et lorsque je l'ai vu passer, j'ai crû qu'ils avaient tous claqué dans un accident d'avion...)».

Et l'on n'a même pas commencé à parler des détournements et autres mèmes numériques dont la page Facebook de Darius Rochebin donne une idée assez suggestive!


Lire aussi: «La nouvelle photo du Conseil fédéral va vous surprendre»

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.