Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Gaël Hürlimann et Stéphane Benoit-Godet, rédacteurs en chef.
© Lea Kloos

Editorial

Rester ambitieux dans un contexte incertain

Ringier Axel Springer a annoncé la fin de la parution de L’Hebdo début février. Cette décision aura un impact direct sur le fonctionnement de la rédaction du Temps

Hier, nous apprenions la fin de L’Hebdo, le titre avec qui nous partageons notre destin et notre salle de rédaction à Lausanne depuis près de deux ans. A ce choc s’ajoutent les suppressions de postes annoncées: 37 personnes travaillant pour Le Temps et L’Hebdo perdront leur travail, ceci pour que notre quotidien retrouve les chiffres noirs de manière pérenne.

Lire aussi:  «L’Hebdo», la fin de l'aventure

Travailler dans le monde des médias, c’est admettre que l’on marche sur un fil. Né en 1998, Le Temps s’est développé dans le monde de la presse en pleine mutation. Depuis toujours, nous cherchons à assurer l’équilibre financier du titre, qui passe par de nouveaux développements et la souplesse d’une équipe de journalistes capable de réinventer chaque jour son métier. Fin 2016, vous étiez toujours plus nombreux à lire Le Temps et à consulter nos plates-formes numériques. Preuve que notre rédaction a su trouver une partie de la réponse. Mais c’est encore insuffisant: l’équilibre n’est pas atteint.

Aujourd’hui, le fil devient encore un peu plus fin. Cette réduction massive des effectifs sera dure sur le plan humain, mais il faudra dépasser cette étape afin de continuer à proposer une offre de qualité. Il est temps de réfléchir à nouveau à nos priorités: sur quels thèmes devons-nous concentrer nos forces? Où se trouvent les lecteurs exigeants qui cherchent une voix de référence?

Nous nous attachons dès aujourd’hui à définir Le Temps de demain. Nous le faisons sur la base des succès obtenus par les 112 personnes qui font ce journal. Au delà de l’augmentation des audiences, la qualité du travail de notre équipe a été reconnue par de nombreux prix et nous nous attacherons à mieux la valoriser. Nous maintenons notre promesse d’indépendance et de qualité dans cette époque où le journalisme exigeant gagne encore en importance.

Notre avenir passe par le développement d’un axe numérique fort. L’affirmation de nos priorités éditoriales en un autre impératif. Nos premiers pas en matière de vidéo, de conférences ou de nouveaux formats digitaux sont également prometteurs. Nous croyons qu’une ambition éditoriale élevée se conjugue avec une forte capacité d’innovation. Le journalisme s’exprime aujourd’hui aussi bien sur papier, sur écran, sur scène, partout où il y a un point de vue intègre à apporter.

Nous souhaitons conserver des moyens suffisants pour proposer à nos lecteurs un projet ambitieux. Ce nouveau Temps, nous souhaitons en discuter avec vous. Nous allons poursuivre la conversation afin d’intégrer vos attentes dans notre projet. Pour que continue à vivre en Suisse une presse exigeante.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)