Raison et boniments

Restez calme

Les t-shirts à slogans parodiques, c’est immonde. Et quand ils sont générés automatiquement par des ordinateurs, c’est encore pire.

Rien, absolument rien, n’est plus laid, bête et ringard qu’un t-shirt soi-disant humoristique qui détourne un slogan connu. «Giclette, la perversion au masculin», qui reprend le logo des fameux rasoirs, ou «Anal+» avec la typo de la chaîne télévisée, vous voyez le genre? Le type qui affiche ça sur son torse est à coup sûr un imbécile de classe mondiale.

Naïvement, ou parce que je ne fréquente que des gens de bon goût, je pensais que cette épouvantable forme de vêtement avait disparu avec les années 90. Mais je découvre qu’il existe encore un marché pour ces immondices, que des gens, des malfaiteurs, continuent d’en fabriquer, et qu’on en trouve plein, partout sur Internet.

Comme si cela ne suffisait pas à me stupéfier, j’apprends à présent que certains de ces t-shirts parodiques peuvent être générés automatiquement par des algorithmes que personne ne contrôle. Et que parfois ils en mettent sur le marché avec des slogans aussi sordides que «Keep calm and rape a lot» – «Restez calme et violez beaucoup», sic! – sans que personne ne s’en aperçoive.

Je ne sais pas vous, mais moi, c’est le genre de nouvelle sur la vie ultramoderne qui me donne envie de prendre mes jambes à mon cou et de retourner vivre au XIXe siècle.

Il y a quelques jours, donc, des clients d’Amazon en Grande-Bretagne ont découvert que le site vendait, apparemment à son insu, des t-shirts avec le slogan ci-dessus, ou d’autres de la même veine, comme «Restez calme et tabassez-la».

Amazon vient de discrètement les retirer de son catalogue. Quant au fabriquant de ces habits, une société américaine du nom de Solid Gold Bomb, il s’est expliqué ainsi – je résume leur communiqué: nous avons voulu détourner le slogan «Keep calm and carry on» («Restez calme et maintenez le cap», une affiche de propagande britannique qui date de la Seconde Guerre mondiale, devenue culte dans les années 2000, et ayant depuis fait l’objet de parodies de toutes sortes). Pour cela, nous avons eu recours à un programme de génération de phrases automatisée, avec pour canevas de base «Restez calme et [verbe aléatoire pioché parmi plus de 700 occurrences]». Ces t-shirts sont restés en vente sur le Web durant près d’une année sans que nous, ou personne d’autre, ne le remarquions. Si nous avions su, nous les aurions retirés tout de suite de la vente. Nous vous prions de nous excuser, nous sommes vraiment confus.

Passé un léger vertige, on se dit qu’au fond, il y a deux possibilités. Soit cette société nous prend pour des cornichons, se dit que faire porter le chapeau aux algorithmes, c’est une manière à la fois moderne et indolore de noyer publiquement un poisson. Ou alors cette société a réellement eu recours à des algorithmes pour élaborer des t-shirts monstrueux à tout point de vue, n’a pas jugé bon de superviser la production de ses machines, et a tout balancé à l’aveugle sur le Web en espérant en tirer de l’argent.

Des deux scénarios, je me demande encore lequel me consternerait le moins. Mais il se pourrait qu’une de ces prochaines nuits, je me réveille en sueur à l’idée que quelque part dans le monde, des algorithmes pervers sont en train de fabriquer des t-shirts répugnants pendant que l’humanité continue de dormir sur ses deux oreilles.

Le genre de nouvelle qui donne envie de prendre ses jambes à son cou et de retourner vivre au XIXe siècle

Publicité