Dans la première année de vie de son enfant, une femme peut perdre jusqu'à 700 heures de sommeil. C'est le genre d'information qui ne laisse pas indifférent(e). Mais il y a mieux: soit un bébé doté de poumons normaux et deux parents de sexe opposé, une étude menée au Rush-Presbyterian-St. Luke's Medical Center de Chicago a démontré que les cris du bébé réveillent en général la mère avant le père. Ce n'est pas, affirment les chercheurs, une question de plus ou moins grande propension à l'égoïsme mais d'hormones. Ce qui, soit dit en passant, revient peut-être au même.

Comme beaucoup de choses sur cette terre, la répartition des hormones est profondément injuste, ainsi que le démontre l'histoire de Vangjeli Llambro. Vangjeli Llambro a vécu 64 ans avant de décéder d'une crise cardiaque. Les médecins ont alors pu constater qu'ils s'étaient trompés sur un point central: Vangjeli Llambro n'était pas une femme, comme ils l'avaient toujours cru, mais un homme. Chassé par ses parents au moment où sa puberté a mal tourné, il s'était depuis fait passer pour une femme afin de ne pas les déshonorer.

Vangjeli Llambro aurait été Américain, il aurait fait un procès. A son pédiatre, au gynécologue qui l'a mis au monde, à ses parents, qu'importe! Quand on n'attend plus grand-chose du paradis, le malheur devient de plus en plus dur à avaler. Et, faute de jugement dernier, il ne reste guère que la justice des hommes pour régler ses comptes avec le destin.

La justice des hommes n'est pas sans moyens. Elle a déjà contraint les multinationales du tabac à ouvrir des tonnes d'archives bourrées de coupables secrets: publicité visant les adolescents, manipulation des données sur le pouvoir addictif de la nicotine, pressions sur les fabricants de produits de substitution, pour n'en citer que quelques-uns. Et elle pourrait bien s'abattre demain sur les géants de la malbouffe: une première plainte à été déposée à New York contre MacDonald's, Kentucky Fried Chicken et leurs concurrents directs. Si le mouvement s'amplifie, on connaîtra peut-être demain un autre secret: celui du petit creux sournois qui suit contre toute logique l'absorption d'un hamburger-frites-frappé banane ou d'une cuisse de poulet panné-mayonnaise.

Mais le procès du siècle est encore à venir. On discerne un candidat sérieux en Allemagne, où le climat a entrepris de se venger des assauts des gaz à effet de serre. Greenpeace estime que c'est aux grands groupes pétroliers de dédommager les victimes des inondations en cours. Comme il y a peu de chances que lesdits groupes s'exécutent en souriant, l'association écologique risque de devoir batailler. Et rien ne garantit alors qu'elle s'arrêtera aux pétroliers. Moi, en tout cas, je vends mon frigo et ma voiture.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.