Les candidats pro-démocratie se dirigent donc ce lundi vers une victoire écrasante aux élections locales de Hongkong, raflant 390 des 452 sièges qui étaient à repourvoir. Ils envoient ainsi un message clair à Pékin: les habitants de l’ex-colonie britannique soutiennent fermement le mouvement de contestation qui la secoue depuis plusieurs mois. Sentant le vent venir, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, vient pour sa part de rappeler que Hongkong «fait partie de la Chine», quel que soit le résultat de ce scrutin.


Lire aussi:


Quoique le dépouillement soit toujours en cours, Courrier international parle déjà d’un «raz-de-marée pro-démocratie», de «victoire écrasante et sans précédent», de «camouflet historique pour le pouvoir en place». Selon les résultats partiels, les candidats progressistes «devraient prendre le contrôle de 17 des 18 Conseils municipaux, un changement radical à Hongkong, où les politiciens favorables à Pékin et au gouvernement ont bénéficié de ressources financières considérables et du soutien de l’élite», écrit le Guardian.