Le 19 mai 2019 le peuple suisse s’exprimera sur la loi fédérale relative à la réforme fiscale et au financement de l’AVS (RFFA). La confusion de deux objets en un seul texte a suscité un référendum, selon lequel associer impôts et AVS empêche d’une part les citoyens d’exprimer leur volonté de manière claire et d’autre part fait obstacle à des réformes structurelles de la prévoyance vieillesse. Deux milliards supplémentaires seront versés à l’AVS par an. Environ 800 millions de francs seront versés par la Confédération, et le reste sera financé par les entreprises et les assurés. Or, l’AVS est en déficit structurel. La mesure proposée ne fait que retarder une vraie réforme.

Dans son principe, le système de pension par répartition distribue chaque année aux retraités les cotisations versées par les actifs. Ce système permet-il de garantir les retraites? Oui, sous deux conditions: la durée de vie ne s’allonge pas; les générations se succèdent sans variation de leur nombre. Or, la durée de vie se prolonge tandis que le nombre de naissances est en déficit d’un tiers pour le renouvellement des générations. Aucune des deux conditions n’est vérifiée.