Éditorial

Le risque de conflagration nucléaire

ÉDITORIAL. La nouvelle doctrine de l’administration Trump en matière nucléaire est préoccupante. Elle banalise l’usage de l’arme atomique. Elle risque de tuer le régime de contrôle des armements et de relancer la course à l’atome dans un monde beaucoup plus instable que durant la Guerre froide

Pendant 70 ans, la peur du cataclysme nucléaire a engendré ce qu’on a appelé l’équilibre de la terreur. Les bombes d’Hiroshima et de Nagasaki, la crise des missiles à Cuba et des Pershing américains en Europe avaient sensibilisé non seulement les populations, mais aussi les Etats au danger de l’arme atomique.

S’appuyant sur d’anciens théoriciens et faucons de la Guerre froide pour établir sa nouvelle «posture» nucléaire, l’administration américaine rompt avec le tabou de l’arme atomique. Elle juge envisageable d’utiliser des armes nucléaires moins puissantes pour riposter à des cyberattaques. Une manière de banaliser l’usage de l’arme la plus destructrice qu’ait connue l’humanité. Elle veut faire croire à l’absurde notion de bombes nucléaires «humanitaires», et à l’idée qu’un Etat attaqué par de telles armes à faible puissance ne riposterait pas avec des moyens similaires.

Lire aussi: L’Amérique accroît les risques d’une course à l’arme nucléaire

A Washington, on justifie pourtant une décision qui pourrait être très lourde de conséquences. La Russie de Vladimir Poutine, qui détient quelque 2000 armes nucléaires tactiques, a toujours eu un avantage par rapport aux Etats-Unis, qui en déploient quelques centaines en Europe. Moscou modernise son arsenal et est accusé de violer le traité de 1987 sur les forces nucléaires à portée intermédiaire. Or, la nouvelle doctrine de Washington est de nature à relancer une course aux armes nucléaires que plusieurs présidents, après Reagan et avant Trump, ont cherché à éviter.

La volte-face de l’administration Trump intervient à un moment critique. Les puissances nucléaires s’éloignent de leur obligation de désarmer en vertu du traité de non-prolifération. La Corée du Nord voit dans la bombe le seul moyen de se faire respecter. Le Pakistan, avec une aide américaine bientôt réduite, est dangereusement instable. Et enfin, irrité par la volonté de l’administration Trump de saper pierre par pierre l’accord que Téhéran a conclu avec six autres puissances sur son programme nucléaire en 2015, l’Iran pourrait changer de cap et inspirer d’autres Etats du Moyen-Orient.

Il serait faux de croire qu’une telle course à l’atome puisse servir la dissuasion nucléaire. Au contexte de stabilité stratégique bipolaire de la Guerre froide a succédé une instabilité profonde et multipolaire. La marginalisation, voire la fin, des traités de contrôle des armements souhaitée par le président Trump et la possible multiplication du nombre des Etats détenteurs de la bombe constitueraient un cocktail explosif.

Lire également: Le Nobel de la paix à une coalition mondiale basée à Genève, un signal fort

Face au risque de conflagration nucléaire, l’espoir et la résistance doivent venir de la société civile. L’adoption, en juillet 2017 à l’ONU à New York, du premier traité sur l’interdiction des armes nucléaires sous la pression de la nobélisée Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), dont le siège est à Genève, est un signe positif, bien qu’insuffisant. La mobilisation doit être massive et immédiate.

Publicité