Pour les romantiques allemands, le changement climatique est une catastrophe. L’été déchire la brume des vallées, tout flambe trop vite, tout brûle trop fort, tout s’évapore, pas la moindre transition. L’été du XXIe siècle est trop brusque pour les romantiques allemands. Trop lumineux, trop agissant, trop immédiat.