Lors d’un colloque sur le «journalisme constructif», à Genève, un reporter de Die Zeit a raconté qu’après une dizaine d’heures d’entretien avec un membre musclé de l’AfD, le parti d’extrême droite allemand, il avait réussi à trouver des points communs avec lui. A l’évocation de la mort d’une fillette syrienne, renversée par une voiture, l’homme, bouleversé, a proclamé son adhésion à l’accueil des réfugiés de guerre en Allemagne. Applaudissements de la salle.