C’est la semaine du lait sur «votre» télévision. Deux de ses principaux magazines s’y attaquent. D’abord par la négative, avec A Bon Entendeur, qui a fondu sur ces produits sans lactose qui occupent désormais une place de choix dans les magasins (comme les «sans gluten»). Effet de mode commercialement exploitable? Pas seulement: il y a vraiment des personnes intolérantes à ce glucide, et l’on verra aussi comment on «délactose» les aliments. Deux jours plus tard, Temps présent orchestre une ruée vers ce qu’il appelle «l’or blanc de la mafia»: la mozzarella! Soit le fromage le plus vendu en Suisse et dans le monde. Au lait de bufflonne, la vraie de vraie, svp., qui a suscité les basses convoitises de la Camorra, la mafia napolitaine, et «celle de fromagers véreux» transalpins «qui n’hésitent pas à frelater le lait». Pas joli joli… (RTS Un; mardi 10 et jeudi 12, 20h10).

Le coma recèle encore bien des mystères. On n’en sort parfois jamais ou alors avec de graves séquelles dues à un traumatisme crânien (TV5Monde FBS, mercredi 11, 21h). Ce qu’a notamment vécu l’ex-star du barreau genevois Dominique Warluzel, victime d’un AVC majeur à 56 ans. Raymond Vouillamoz raconte ce destin brisé, via le témoignage de son amie Béatrice Barton: un documentaire qui a conquis notre consœur Isabelle Falconnier, sur ce vrai-faux couple saisi aux Bahamas. (RTS Deux, mardi 10, 20h55).

Musiques! Si Genesis Sum of the Parts traque le groupe-culte – le qualificatif est faible – de Peter Gabriel et Phil Collins (RTS Un; jeudi 12, 23h45; samedi 14, 10h50), Edith Piaf amoureuse évoque les hommes – nombreux, transis, aveuglés – qui gravitèrent autour de la Môme: les Cerdan, Sarapo, mais aussi Montand ou Raymond Asso. C’est romanesque à souhait, comme la Vie d’artiste d’Henri Salvador, en rediffusion, avec des archives sublimes et surtout les confidences respectueuses et si émouvantes de son épouse Catherine (France 3; lundi 9 et vendredi 13; 20h50).

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.