La Suisse élue carrefour d’une émigration russe en quête de lieux discrets et paisibles est un sujet connu et bien documenté. Cette histoire s’enrichit d’un chapitre particulier: l’émigration de l’immense Russie vers un petit Etat membre de la Confédération: le canton de Vaud.

Les actes d’un colloque qui a eu lieu en juin 2011 sous les auspices du consul honoraire de la Fédération de Russie, Frederik Paulsen, ont été réunis et édités par deux participants, les historiens David Auberson et Olivier Meuwly. Cette lecture, avec son lot d’anecdotes et de mise en contexte, satisfait la curiosité du spécialiste autant que celle de l’ami de la culture russe.

S’il ne fallait mentionner qu’un texte, emblématique de l’esprit du recueil, ce serait celui du romancier Mikhaïl Chichkine. Il questionne les motifs ayant poussé tant d’aristocrates, d’artistes, d’étudiants, d’aventuriers et de révolutionnaires à s’installer au bord du Léman, à Lausanne et spécialement sur la Riviera. L’exercice d’une rare liberté, associée à un environnement paisible, revient comme un fil rouge de ces trajectoires toutes plus étonnantes les unes que les autres.

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.