Après quatre séries de débats consacrés à la justice internationale, aux addictions, à l'Afrique, et à la sécurité, c'est au tour de Korine Amacher, professeure d’histoire russe et soviétique à l’Université de Genève, de donner la parole à celles et ceux qui ont consacré leur vie à étudier l’histoire, la culture, la littérature, l’art et les sociétés d’Europe centrale et orientale.

Notre dossier: Russie-Ukraine, archipel de la guerre

Dans sa déclaration du 21 février 2022, Poutine s’est livré à un résumé de mille ans d’histoire mêlant Russie et Ukraine. Trois jours avant l’invasion de l’Ukraine, il campait une entité civilisationnelle, la Russie, dans laquelle il incluait une Ukraine supposée inexistante, face à une autre entité, l’Europe, qui constituait non pas même un protagoniste de cette guerre, mais l’ennemi principal de la Russie: puisque l’Ukraine n’était ni un Etat, ni une nation, c’est que la cause de tout devait être cherchée plus loin, car c’est l’Europe qui avait prétendument tout fait pour détacher l’Ukraine de la Russie, une Europe animée d’une volonté mauvaise, hostile à la Russie.