L’héritage du colonialisme hante ses descendants et continue de structurer l’ordre international. Ce message est porté depuis plusieurs mois par la Chine dans les enceintes de l’ONU où elle se fait le porte-voix des «victimes de la domination occidentale». En marge de la 50e session du Conseil des droits de l’homme, la mission de Chine à Genève organisait en début de semaine un webinaire sur l’«impact négatif du legs colonial sur la jouissance des droits humains».