On se soucie beaucoup des Russes ces jours-ci. A raison. Tout un peuple ne va-t-il pas payer pour la dérive meurtrière et criminelle de son président? On s’interroge aussi beaucoup sur l’émergence d’une peur anti-russe. La guerre du Kremlin ne va-t-elle pas jeter l’opprobre sur l’ensemble des Russes, voire des russophones, pris en otage par Vladimir Poutine?