Un tabou serait-il en train de tomber, le fondement d’une doctrine en train de vaciller? Un objet de fierté des clients les plus fidèles en train de prendre un sacré coup dans l’aile? N’exagérons rien, mais reconnaissons-le tout de même: un début de révolution est en marche chez Migros. Les délégués, réunis samedi en assemblée à Zurich, ont accepté – clairement, par 85 voix contre 22 – de modifier les statuts permettant aux coopératives régionales de décider si elles veulent vendre de l’alcool dans leurs succursales. Si cette fois, l’affaire semble assez sérieuse, ce n’est toutefois pas la première fois que la question se pose dans sa longue histoire: