Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, annonce un «ouragan de famine». Dans l’obscurité et la violence du monde actuel, le blé n’est plus cultivé, acheminé et vendu aux conditions usuelles: cela aggrave encore le manque de nourriture qui ravage de nombreux lieux du globe. Il est juste et nécessaire de soutenir l’Ukraine. Mais on ne peut pas oublier tous les pays qui, depuis tant d’années, souffrent d’une «pandémie de la faim».