Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«Forbrydelsen» («The Killing»). Le succès écrasant de cette série au Danemark a marqué le secteur dans le monde entier.
© Danmarks Radio

EDITORIAL

Les scénaristes, nouveaux maîtres de nos imaginaires

ÉDITORIAL. Une bataille croissante porte sur la production de fictions TV qui puissent convaincre de s’abonner à un service. Dans cette montée en puissance des séries, les auteurs vont devenir centraux

Dans un monde de l’audiovisuel en plein chambardement, avec la montée en puissance des acteurs du web, la fiction TV acquiert un poids croissant dans la culture populaire. Et dans ce contexte, le scénariste prend de l’ampleur. Nous y consacrons une série d’articles.

Lire aussi:

Les amateurs de séries TV ne semblent pas prendre la mesure de l’enjeu économique que représente leur passion. Cette année, rien qu’aux Etats-Unis, plus de 500 saisons de séries renouvelées ou inédites seront produites. Il y aura au moins 40 nouvelles productions par rapport à l’an passé – l’estimation est prudente. Cette année aussi, pour ses productions propres dont une écrasante part de séries, Netflix dépensera 6 milliards de dollars. Plus de trois fois le budget total de la SSR, si discuté durant cette campagne «No Billag».

A ce sujet: Netflix ou le pari gagnant de la fiction maison

Apple va débourser l’équivalent de 200 films suisses

Toujours outre-Atlantique, Hulu et Amazon accroîtront leurs investissements. Apple préparera son offensive en matière de feuilletons, avec une enveloppe d’un milliard de dollars, l’équivalent de 200 longs-métrages de cinéma en Suisse. Le volume de fictions TV augmentera en France, en Allemagne de même qu’en Asie ou en Amérique du Sud.

A ce propos: Apple va entrer dans la mêlée des séries TV

La fiction audiovisuelle par épisodes devient un art populaire majeur, et tout indique que la surchauffe va durer. Parce que la clientèle ouvre son porte-monnaie et s’abonne, ce qui est le but visé.

Le scénariste soudain au centre

Dans cette mêlée mondiale, il est un frêle personnage, courbé sur son clavier devant son mur quadrillé de post-it, bougonnant à cause du manque de temps imparti, qui monte en puissance: le scénariste. La fringale globale – notre fringale – pour les feuilletons met en lumière le rôle de ce raconteur d’histoires, qu’il soit créateur ou adaptateur de romans. Depuis vingt ans, la qualité générale des séries augmente, et ce n’est pas seulement une question de budget. La progression des auteurs a pesé dans cette évolution.

Le changement de modèle

Historiquement, les séries TV relèvent de la littérature, pas du cinéma. Dominante en Europe, leur assimilation aux mécanismes de production du cinéma, avec une prédominance du réalisateur dans le dispositif, a souvent conduit à des désastres artistiques. Ces dernières années, par imitation des précurseurs danois, des chaînes européennes (dont la RTS) ont enfin décidé de bousculer leurs pratiques et d’accorder, à des degrés divers, une place plus importante aux auteurs – les vrais: les scénaristes. Sans copier les Américains, dont le système reste particulier en raison de son volume de production, les Européens, notamment les Suisses, expérimentent de nouvelles manières de fabriquer ces séries si populaires.

En 2013, notre reportage à Copenhague: Dans le creuset des séries danoises

Les années à venir vont être passionnantes. Le corset appliqué jusqu’ici à la narration audiovisuelle craque enfin. La série, quel que soit son vecteur, devient un défi narratif autant qu’économique – et cette fois, ces dimensions se stimulent plutôt qu’elles ne se combattent. Au sein de l’usine du divertissement que nous plébiscitons par le temps que nous lui accordons, le scénariste va devenir, par l’imaginaire, un nouveau maître du monde. Mais le monde ne le sait pas encore.


Retrouvez tous nos articles sur les séries TV

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)