L’un et l’autre ont la même obsession: rester, toujours, en tête de gondole de leur «magasin» grand public. Secrétaire d’Etat (ministre adjoint dans le jargon français) chargée de l’Egalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa est à Emmanuel Macron ce que Louis de Funès était à la gendarmerie cinématographique: une acharnée de la réprimande et de la colère surjouée, pourvu que soit la lumière médiatique.

L’intéressée a écrit des essais et des romans (dont l’un joliment titré Les lendemains avaient un goût de miel) dans lesquels tout tourne, plus ou moins, autour de sa famille. La rumeur numérique lui attribue aussi, sous pseudo, la rédaction passée de romans érotiques. Soit. Jusque-là tout va bien: la politique version 4.0 carbure, en France, à l’éloge du «moi» et aux postures savamment calculées. Marlène Schiappa joue donc au millimètre son rôle de combattante en chef du nouveau féminisme à la française.

Un bon invité est un invité mort

Laurent Ruquier excelle, lui, dans le registre du vrai-faux voleur. Dans la vie, cet auteur fécond, réel exemple d’ascension sociale depuis sa banlieue natale du Havre, est un homme d’affaires plus qu’avisé. Il possède un théâtre à Paris, trône sur l’audimat radio grâce aux Grosses Têtes sur RTL héritées de Bouvard, et accompagne chaque samedi soir une partie de la France jusque dans son lit, à l’heure tardive d’On n’est pas couché.

L’irrévérence est chez Ruquier un don mâtiné de vrai sens affairiste. L’homme mord, moins pour faire mal à son invité que pour faire le buzz sur ces réseaux sociaux dont il dit, aujourd’hui, qu’ils façonnent une «dictature» du politiquement correct. Ruquier est un sélectionneur d’intervieweurs à scandale – d’Eric Zemmour à Christine Angot – qui façonne son équipe pour provoquer et éviter à son public de roupiller. Ses assassinats cathodiques sont juste plus «classe» que ceux de Cyril Hanouna. Mais ils procèdent de la même logique: un bon invité est un invité mort, si possible en direct sur son plateau.

Leçons de morale

Je ne voulais pas, à vrai dire, en rajouter sur ce duo, façon «la gendarme et le voleur». Mais après avoir lu la dernière livraison du Journal du Dimanche, il n’était plus possible de me retenir. Voici Ruquier reconverti en bon curé de campagne dans le JDD, en train de donner des leçons de morale. Feu sur Bruno Masure et sur les vieilles stars de la télévision françaises, accusées d’être devenues méchantes parce qu’oubliées des écrans (avertissement à notre cher Darius: l’absence des plateaux semble être une redoutable maladie).

Feu, surtout, sur Marlène Schiappa, pilonnée pour sa démagogie égalitaire. Laurent Ruquier peut d’autant plus tirer à vue qu’il assume depuis longtemps, et avec courage, son homosexualité. Lui, le «pédé» – ses propres mots dans le JDD –, sait donc ce que c’est que d’être une victime. Alors qu’on ne vienne pas lui reprocher d’avoir laissé la romancière Christine Angot alimenter, en direct, la polémique sur l’esclavage et le vécu des familles dont les ancêtres furent esclaves…

Distribution de bonnets d’âne

La triste réalité de ce pugilat Schiappa-Ruquier est qu’il obéit à une seule règle: celle de la provocation pour le buzz. On n’est pas couché, jadis, avait quand même un peu de fond. Zemmour et Naulleau, frères ennemis à l’écran, surjouaient leurs différences. Puis tout s’est enlisé. Le talk-show du samedi est devenu comme une sorte de défilé de mode intellectuel et politique. S’y faire démolir est presque un honneur.

Ruquier est un exécuteur propret des basses œuvres. Il lamine, mais présente aussitôt ses excuses. Il sermonne d’un ton paternaliste. Son émission est un énorme miroir dans lequel il se regarde chaque semaine. Tout cela ne mérite pas d’être conspué. C’est le jeu de la télévision et l’homme, l’auteur, le théâtreux, mérite bien mieux que cette caricature de lui-même qu’il a fini par se sculpter. Un autre Ruquier a volé la personnalité du vrai Laurent. Pourquoi, au lieu de faire tourner ces intervieweurs à la saison prochaine, ne ferait-il pas simplement une pause télévisuelle?

Marlène Schiappa est, elle aussi, enfermée dans sa caricature de «gendarme» de la pensée. Elle prospère grâce aux anathèmes, alors que sa défense des femmes isolées avec enfants, en pleine crise des «gilets jaunes», lui a valu l’estime de beaucoup. Marlène, réveille-toi! A quoi sert de se complaire ainsi dans un buzz pour ou contre On n’est pas couché? Il y a un Conseil supérieur de l’audiovisuel pour ça. Dommage, d’ailleurs, que ce CSA ne distribue pas de bonnets d’âne. Marlène et Laurent, au fond de la classe, le porteraient fort bien.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.