Le silence qui entoure depuis des années le processus de déracinement du peuple ouïgour est en train de se fissurer. Pour la première fois, le 22 mars 2021 les Européens ont sanctionné la Chine, jugée coupable de persécution contre les musulmans ouïgours dans la région du Xinjiang. La réaction ne s’est pas fait attendre: Pékin a sanctionné dix personnalités européennes dont le Français Raphaël Glucksmann, qui inlassablement alerte le monde sur les abominations subies par ce peuple. Dès 2018, le Comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination (CERD) évoquait le chiffre d’un million de détenus dans des camps.

Lire aussi: Au Xinjiang, le travail forcé dans le textile comme outil de contrôle social