Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«En vacances, c'est moi qui conduis, ou pas, et c'est égal.»

La vie à 30 ans

Se prendre la tête et au sérieux

Tous les jeudis de l’été, notre chroniqueuse se fait porte-parole des trentenaires

Vous je ne sais pas, mais beaucoup de batailles sont acquises du point de vue de la femme de 30 ans que je suis. Je ne me demande pas si un gars ferait mieux mon boulot que moi, s’il serait plus payé à la fin du mois. Il me semble que dans mon pays, je suis d’un âge et d’un sexe que l’on respecte. Sur la scène du XXIe siècle, le micro est allumé, n’importe qui peut y monter pour parler. En vacances, c’est moi qui conduis, ou pas, et c’est égal. Je laisse la guerre machiste du volant à ceux qui n’ont rien d’autre à se mettre sous la dent. Je pourrais jouer au foot ou fouler une salle de combat, c’est juste que ça ne m’intéresse pas.

Expliquer, répéter…

Pourtant, certains comportements sont un brin condescendants. Reste des accrochés à bousculer.
Ces dernières semaines, en réponse à mes chroniques, quand les uns m’ont remerciée d’avoir osé le verbe, d’autres – et, surprise, seulement des hommes, et plus âgés! – ont tenté de me rappeler à l’ordre. Un mélange de «tu appelles résister de te planter en terrasse et siroter?» et des reproches: «Ce que c’est prétentieux que de se faire la porte-parole des trentenaires!»

Alors j’ai dû expliquer, répéter, que je ne suis rien d’autre qu’une fille qui tente de mettre un mot sur ses peurs, en talisman. Que je veux rire aussi, et raconter le monde tel que je le ressens. Enfin, votre place, je ne vais pas vous la voler… Simplement prendre la mienne.

On n’est pas sérieux quand on a 17 ans, à quel âge commence-t-on à s’y prendre? Et pour quelles raisons étranges une fille qui parle de la vie, ça vous dérange? Il n’y a pas grand-chose dont je suis sûre mais de ceci, oui déjà: je ne vais pas m’excuser.


Chroniques précédentes

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)