Commençons peut-être avec un petit rappel. Car il ne vous reste qu’une poignée d’heures pour agir. Pour mémoire, votre assureur maladie devra avoir reçu le 30 novembre au plus tard votre lettre de résiliation. Après, il sera trop tard. Changer de caisse pourrait permettre, à certains, d’agir sur un budget 2023 qui s’annonce compliqué pour nombre de ménages.

Mais il y a un autre levier sur lequel les consommateurs peuvent agir facilement: leur facture de téléphonie mobile. Bien sûr, cela n’a rien d’un scoop. Cela fait des années que l’on sait que changer d’opérateur permet souvent de réaliser des économies substantielles. Oui, mais ce qui est nouveau, c’est la guerre un brin surréaliste que se livrent aujourd’hui les opérateurs télécoms actifs en Suisse.

L’inertie des Suisses

Sans vouloir louer avec béatitude ce jour du consumérisme roi, le Black Friday et sa déclinaison du Black November mettent en lumière des tarifs pour le moins surprenants. Oui, il est possible de payer 30, 20 et même parfois 10 francs par mois pour un abonnement de téléphonie mobile. Avec des appels et des SMS illimités en Suisse, et le plus souvent un accès à internet sans restriction importante. Le plus intéressant, c’est que si certaines promotions sont temporaires, d’autres s’inscrivent dans la durée.

Lire aussi: De 10 à 20 francs par mois… En téléphonie mobile, des prix jamais vus apparaissent

Observez votre facture actuelle: il y a fort à parier que vous déboursez entre 60 et 100 francs par mois. Diviser ce montant par deux ou trois est désormais aisé, d’autant que les délais de résiliation sont devenus beaucoup plus courts qu’autrefois. Il n’y a plus de raison de rester fidèle à son opérateur. On sait l’inertie importante et les Suisses terriblement paresseux au moment de changer de prestataire. On sait aussi l’attachement à Swisscom, détenteur de toujours plus de 60% du marché…

Pour une vision plus large

Mais alors que l’inflation ronge le pouvoir d’achat, il est aussi important d’avoir une vision plus large de notre consommation de services numériques. Prenez votre téléphone: la performance de sa batterie diminue, vous devez le recharger plus fréquemment… Mais malgré les apparences, il n’y a souvent aucune raison de le changer. Très souvent, dépenser entre 70 et 100 francs pour faire changer sa batterie suffit à prolonger sa durée de vie d’un ou deux ans, voire davantage.

Là aussi, il n’y a pas de fatalité. Malgré les sirènes des fabricants de téléphones, malgré la fièvre consumériste qui nous entoure, racheter un nouvel appareil à 1000 francs n’est de loin pas toujours nécessaire.

Tout comme il n’a pas été nécessaire de racheter un téléviseur pour regarder la Coupe du monde. Heureusement, après avoir tenté de nous appâter avec des écrans incurvés, des technologies 3D et de l’ultra-haute définition, les fabricants de téléviseurs sont désormais à court d’idées…