Les villes du Sud vous ont de ces mélancolies quand partent les touristes… Sète n’échappe pas à la règle. Et revenir dans l’île singulière après la folie de l’été procure un sentiment mélangé. On apprécie le calme des rues dépeuplées et on voit mieux la cité, ses lignes architecturales qui se découpent sur un ciel bleu souvent immaculé. Mais on regrette la chaleur des animations estivales – six festivals à la suite, fréquents défilés de la fanfare des jouteurs et même visites guidées de la série Demain nous appartient qui passent en bas de la maison et répètent, toujours, inlassablement, la même chanson…