Revue de presse

Seule l’angoisse du vide peut désormais sauver l’Espagne

Les nouvelles législatives de dimanche aggravent encore un peu plus la situation de blocage. Une grande coalition entre socialistes et droite libérale ne doit plus être un tabou si Pedro Sanchez veut sortir le pays de l’impasse, jugent les médias

Des élections pour rien? Le socialiste Pedro Sanchez, qui a remporté dimanche les quatrièmes législatives en quatre ans en Espagne avec 28% des voix, n’a pas atteint ses objectifs et perd même trois députés aux Cortes. Le parti d’extrême droite Vox, lui, est devenu la troisième force politique du pays (15%), derrière le Parti populaire (21%), tandis que les indépendantistes catalans sortent renforcés du scrutin. On ne pouvait imaginer pire scénario pour le vainqueur, qui espérait pourtant pouvoir compter sur une majorité claire.

Lire aussi: Victoire de Pedro Sanchez et extrême droite en force en Espagne