Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Troisième résolution: «Je couperai la poire en deux. Parce que c’est bon, une demi-poire, surtout avec du chocolat. Et je garderai l’autre moitié pour la soif.»
© (Moritz320/Pixabay)

Du bout du lac

Six bonnes résolutions en libre-service

OPINION. Notre chroniqueur clôt l’année 2017 en proposant au lecteur, «cum grano salis», quelques belles promesses à réaliser en 2018

Macron, Raqqa, d’Ormesson, Barcelone, Trump, Jérusalem, Ignazio, Harvey, Dubochet, Trump, Manchester, Veil, Darc, Buttet, Trump, Las Vegas, Bettencourt, Rochefort, Johnny, Trump, Kim, Jeanne, Roger, Penelope, Trump, Grégory, Tariq, Irma… Difficile de se projeter dans l’année qui vient quand celle qui s’achève, gargantuesque, nous reste encore sur l’estomac. Et pourtant, voici déjà venu le temps de tourner la page pour affronter 2018, face à la pente et le poids bien dans la languette.

«Help yourself»

Cette dernière chronique de l’année sera donc celle des résolutions. Mais, habité que je suis par le souci de mon prochain en cette période de Nativité, je vais penser pour une fois un peu aux autres avant de me servir en premier. Plutôt que de vous livrer le catalogue égomaniaque de mes propres bonnes intentions (quand bien même je le voudrais, ce serait difficile: je n’ai que 2500 signes à disposition), je préfère donc vous proposer un choix de six résolutions en libre-service. Help yourself, c’est cadeau, en espérant que vous trouverez votre bonheur:

1) En 2018, je rendrai mes idées reçues à qui voudra bien les reprendre et je m’amuserai de mes certitudes. J’éviterai les procès d’intention, ne serait-ce que pour ne pas les perdre. Et j’irai dîner avec ce type qui m’énerve, en payant l’addition. Si, si, j’insiste, ça me fait plaisir.

2) En 2018, je lirai attentivement le texte des initiatives populaires avant d’aller voter. Jusque dans leurs alinéas les plus chafouins, et la Constitution à la main. Comme ça, en général, par précaution. Pour éviter l’accident bête.

3) En 2018, je couperai la poire en deux. Parce que c’est bon, une demi-poire, surtout avec du chocolat. Et je garderai l’autre moitié pour la soif.

4) En 2018, je vendrai mes bitcoins pour investir dans la pierre, ou acheter des fleurs. Non mais franchement… Le bitcoin? Vous n’êtes pas sérieux, les gars! C’est une caméra cachée?

5) En 2018, j’explorerai les vertus de l’ironie. Du deuxième degré, et pourquoi pas du troisième, tant qu’à faire. Je serai espiègle et percevrai l’espièglerie. J’essaierai la légèreté. J’aurai le sens de l’humour. Et si ce n’est pas drôle, je sourirai. Parce qu’au fond, ce n’est pas très grave.

6) En 2018, je m’abonnerai au Temps, en choisissant l’option «premium». Parce que c’est quand même un très bon journal, dans lequel on trouve, entre autres choses évidemment, de formidables chroniques.


Chronique précédente

Autotarte

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)