D’un côté, le sommet Biden-Poutine qui transforme Genève en bunker. De l’autre, la manifestation féministe qui a fait souffler, lundi, un vent de liesse et de liberté. Genève, ville aux deux visages, tellement différents, tellement opposés…

Face à la vague violette, résolument jeune et souvent topless qui disait avec un magnifique appétit «venez danser avec nous, on est dans la place et on compte bien y rester», je me suis posé cette question: pourquoi Biden et Poutine se rencontrent-ils dans une ville aussi dense que Genève, si un bain de foule n’est pas du tout envisageable? Pourquoi ces deux grands de la planète ne se retrouvent-ils pas dans un spot lunaire au milieu d’un désert?