On a tous en nous quelque chose de Phil Spector. Oui, même si vous n’aviez jamais entendu parler du compositeur et producteur américain avant l’annonce de sa mort à 81 ans, le 16 janvier dans un hôpital pénitentiaire californien, il est tout simplement impossible que vous n’ayez jamais fredonné un air ayant passé par sa console. On lui doit notamment Da Doo Ron Ron, des Crystals, mais aussi le Be My Baby des Ronettes. Et il a entre autres produit, excusez du peu, les Beatles et les Stones, Ike & Tina Turner, Leonard Cohen, Bob Dylan ou encore les Ramones.

Mais Phil Spector était aussi artistiquement brillant que psychologiquement secoué, rongé au fil du temps par une paranoïa qui l’aura mené à la la folie et au meurtre. En 2003, il assassinait dans son manoir de Los Angeles Lana Clarkson, actrice de second plan qui a longtemps rêvé de se faire un nom à Hollywood et deviendra tragiquement célèbre lorsque son nom s’imprimera dans les pages faits divers des tabloïds.