Il y a parfois des nouvelles qui me mettent en joie. Comme si, subitement, le monde redevenait plus sensé et plus léger… C’est le cas avec la décision des médecins suisses de prescrire du sport à leurs patients plutôt que des médicaments. La chose paraît élémentaire, elle est révolutionnaire.