Editorial

Sprint final pour Alain Berset

Le conseiller fédéral a présenté hier ses arguments en faveur de la réforme de la prévoyance vieillesse

La réforme de la prévoyance vieillesse? Il y a plus léger comme lecture d’été pour les citoyens suisses, appelés à voter le 24 septembre 2017. Et pourtant, c’est une belle bataille politique qui s’engage. Car derrière les paramètres techniques et les chiffres se cachent des enjeux de société majeurs: âge de la retraite, égalité entre hommes et femmes, difficultés rencontrées par les travailleurs âgés sur le marché de l’emploi, train de vie des rentiers, solidarité entre les générations, vieillissement de la population, etc. Quel système de rentes pour demain et à quel prix? Il est temps de trancher. Ce qui sera fait dans moins de trois mois.

Lire aussi: Prévoyance 2020, la réforme de la carotte et du bâton

Il est intéressant de constater que l’opposition au projet émerge de différents milieux qui, d’habitude, ne se rallient pas à la même cause. C’était à prévoir. En lançant une vaste réforme des deux piliers que sont l’AVS et la prévoyance professionnelle, il fallait s’attendre à un cumul de griefs. Mais le résultat dépasse les attentes.

Apparemment, l’UDC, le PLR et les milieux économiques font bloc. Ils supportent mal l’idée d’un bonus de 70 francs sur les nouvelles rentes AVS alors que l’objectif est de consolider le financement. De l’arrosage, estiment-ils. Mais il y a des failles. En Suisse romande notamment, autant le Centre patronal que la Fédération des entreprises romandes estiment qu’un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. Autant accepter cette réforme, avec ses défauts, que renoncer à tout changement et aboutir à un statu quo qui finira par coûter très cher. Une position également défendue par l’Association suisse des institutions de prévoyance.

Alain Berset peut compter sur le PDC, la gauche et les syndicats pour défendre son paquet. Mais là aussi, la question de l’augmentation d’une année de l’âge de la retraite pour les femmes passe difficilement. Si bien que quelques syndicalistes dissidents et divers mouvements, essentiellement en Suisse romande, ont lancé un référendum qui est en passe d’aboutir. Les magazines de consommateurs les ont aidés, en encartant les feuilles pour la récolte des signatures dans leurs éditions.

Ces prochaines semaines, les adversaires joueront ainsi chacun leur propre partition. On verra au final s’ils ont la capacité de réunir une majorité. Ou si, à l’instar de la votation sur la stratégie énergétique de mai dernier, les citoyens glisseront un oui dans l’urne, peut-être aussi faute de plan B convaincant.

En mars dernier au parlement, la réforme a été acceptée à une voix près. Et à la dernière minute, après des heures de palabres et beaucoup de tensions. Un vrai polar. C’est dire si le jeu est encore ouvert pour le 24 septembre 2017. Après un marathon de cinq ans, d’intenses négociations et des piles de rapports, Alain Berset s’engage dans le sprint final. C’est la votation de tous les dangers pour son propre bilan de conseiller fédéral.


Lire également:

Publicité