La Suisse n’en finit pas d’élaborer sa stratégie de développement durable. Une première version était annoncée pour fin 2019. Aujourd’hui, le projet n’est toujours pas publié. Des dissensions expliquent-elles les retards successifs?

Il y a cinq ans encore, notre pays disait avoir activement contribué aux Objectifs de développement durable (ODD), au cœur de l’Agenda 2030. Lors de leur adoption, Simonetta Sommaruga, déjà présidente de la Confédération cette année-là, soulignait devant les Nations unies cette «approche extrêmement prometteuse». Puis le Conseil fédéral publiait à temps une stratégie valide jusqu’en 2019, intégrant les 17 objectifs approuvés par la Suisse et les autres Etats. Alors ministre des Affaires étrangères, Didier Burkhalter réunissait à Zurich plus de 1000 personnalités en présence du secrétaire général de l’ONU, afin de réaliser ici aussi ce «plan partagé pour améliorer le monde».