Ça y est, on respire mieux, le ciel s’est couvert, et les températures ont baissé. C’est un soulagement pour chacune et chacun. Malgré les nuages, on se sent bizarrement plus en phase avec «le joli mois de mai». Les précipitations, par contre, sont loin de satisfaire le monde paysan. Avec des pipis de chat de-ci, de-là ou des orages fracassants comme celui qui s’est abattu sur Morat dimanche dernier, occasionnant des grêlons de 3 centimètres de diamètre, les sols ne parviennent pas à se réhydrater en profondeur et les dégâts sur les cultures sont importants.