«Luttons contre les a priori», tel est le titre de l'éditorial de L'Illustré de cette semaine. En toute logique, il s'agit, ma foi, déjà d'un a priori. Si un aveugle conduit un autre aveugle, ils tomberont tous les deux dans un trou (Saint-Mathieu, XV, 14).

Comparant un amateur de techno et un lutteur à la culotte, l'éditorialiste de L'Illustré écrit: «Tant la Street Parade que la Fête fédérale de lutte appartiennent désormais aux traditions helvétiques […] Gardons-nous de juger les uns ou les autres, de prétendre que la vérité est exclusivement d'un côté, quel qu'il soit.» Ainsi dit-il: ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés, car on vous jugera du jugement dont vous jugez. (Evangile selon Saint-Mathieu, VII, 1-2).

«Tomber n'est pas grave, mais ne pas se relever est un péché», ainsi s'exprime la tactique payante du nouvel entraîneur de l'équipe suisse Köbi Kuhn dans dimanche.ch. Mais, gare, que celui de vous qui est sans péché, jette le premier la pierre (Saint-Jean VIII, 7).

La pierre. Dans L'Hebdo, Claude Ruey avoue que pour la Fête de lutte de Nyon, il voulait aussi avoir la pierre d'Unspunnen: «Nous étions sur la piste de la pierre depuis quelque temps déjà. Nous avions même dépêché nos meilleurs limiers. Et tout à coup elle ressurgit à Saignelégier.» Père, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font (Saint-Luc, XXIII, 34)

Au sujet du nuage d'Expo.02, son porte-parole, l'héroïque Laurent Paoliello, s'irrite dans 24 heures contre l'entreprise responsable: «On ne peut pas se contenter de ces strates […] Nous en avons assez. Le contrat qui nous lie stipule qu'elle doit nous remettre un nuage qui fonctionne.» Le vent souffle où il veut (Saint-Jean, III, 8).

Au sujet de la proposition de l'USS d'augmenter les salaires de 5% l'année prochaine, Le Courrier écrit dans un commentaire: «Cela dit, l'argent ne fait pas à lui seul le bonheur, même s'il y contribue fortement.» Malheur à vous les riches, car vous tenez votre consolation (Saint-Luc, VI, 24).

Délit de voisinage: «Le mari de la conseillère fédérale Ruth Metzler, Lukas Metzler, a été le voisin de Panagiotis A. Papadakis, homme d'affaires grec soupçonné en Suisse de malversations diverses portant sur plusieurs millions de francs.» Et Pilate leur dit: voici l'homme (Saint-Jean, XIX, 5).

Luttons contre les a priori: la drogue est dangereuse. La preuve dans le récit de ce juge Thurgovien dans 24 heures, alors qu'il avait arrêté un trafiquant consommateur thaï: «Il a saccagé sa cellule, puis s'est excusé. Ensuite, pendant un interrogatoire, il a saisi une imprimante et l'a lancée contre le mur. Une fois calmé il s'est mis à genoux pour s'excuser. Un peu plus tard, alors qu'il était interrogé par un autre policier, il s'est mis à uriner.» Mais là il ne s'est pas excusé. Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, présente-lui l'autre (Saint-Mathieu, V, 38).

«Je t'éclate la tête contre le mur, je viderai ton corps de ton sang, je viendrai te trouver à l'école avec mon flingue, t'es un homme mort.» A priori, ces paroles devraient surgir de la bouche d'un adolescent dans le préau d'une école. Mais non, il s'agit des paroles, rapportées par Le Matin, du brigadier G. de la Tour-de-Peilz envers un enfant de 10 ans. Si l'on traite ainsi le bois vert, qu'en sera-t-il du sec? (Saint-Luc, XXXIII, 31).

Claude Ruey, encore lui, cité dans L'Hebdo au sujet de son intérêt pour la lutte: «Je me retrouve en 1998 spectateur à la Fête fédérale de Berne, où un jeune lutteur vaudois m'a dit, désignant le vainqueur: C'est un Dieu vivant.» Mon royaume n'est pas de ce monde, répondit-il (Saint-Jean, XVIII, 36).

Réhabilitons les a priori. La semaine prochaine, peut-être. A chaque jour suffit sa peine (Saint-Mathieu, VII, 34).

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.