Courriers

Suicide assisté: des lecteurs témoignent

VOS LETTRES. Des proches et des personnes âgées qui ont entamé les démarches nécessaires pour mettre fin à leur vie se confient sur leurs motivations et livrent leurs regards sur cette pratique

Vos commentaires sont les bienvenus! Vos lettres ne doivent pas excéder 1500 signes (espaces compris). lecteurs@letemps.ch

Témoignages de nos lecteurs sur le suicide assisté suite à l’appel dans nos pages et sur les réseaux sociaux

Nos articles au sujet de l'aide au suicide:

Suicide assisté médicalement ou sans

François Bugnion, Chambésy

Je me suis trouvé à deux reprises, à huit jours d’intervalle, dans un train à grande vitesse qui s’est arrêté brutalement en rase campagne du fait de ce qu’on appelle pudiquement «un accident de personne». En clair, une malheureuse ou un malheureux s’était jeté sous le convoi.

On imagine le traumatisme pour le chauffeur qui voit une personne se jeter sous les roues et qui ne peut rien faire pour l’éviter, pour les gendarmes qui doivent procéder au constat, pour les brancardiers qui doivent ramasser «les débris» […] et pour certains passagers, notamment les enfants. […] On le sait, ces «incidents» sont fréquents. […] Lorsqu’une personne a décidé d’en finir, il est quasiment impossible de l’en empêcher, même dans des milieux étroitement surveillés comme les hôpitaux psychiatriques ou les prisons.

Lire aussi l'opinion:  Les défis du grand âge

Ainsi, l’alternative n’est pas «suicide médicalement assisté versus absence de suicide». […] Qu’ils le veuillent ou non, ceux qui condamnent le suicide médicalement assisté plaident implicitement pour les autres formes de suicides, qui toutes sont bien plus violentes pour la personne qui se suicide et pour ses proches que le suicide médicalement assisté.

C’est aussi le cas du tribunal qui vient de condamner le docteur Pierre Beck pour avoir aidé à mourir une femme âgée qui voulait partir en même temps que son mari (LT du 18.10.2019). Aurait-il dû lui répondre: «Je ne peux rien pour vous, mais souvenez-vous que le direct passe toutes les heures […]?» Personne n’en aurait jamais rien su et il n’aurait pas été inquiété. On voit par là toute l’absurdité de cette condamnation.



Ma liberté absolue de choisir

Eliane Agrebi Blanchard, Genève

Chacun a le droit de finir sa vie comme il l’entend. «Nascimur uno modo, multis morimur», nous sommes nés d’une manière, mais nous mourons de plusieurs. […] Je note avec effroi que la mentalité romande reste toujours aussi étriquée: des juristes hélas, des médecins trop souvent, voudraient nous imposer des normes de fin de vie, des normes tout court, alors que nous sommes des individus libres par essence.

Donc intégralement libres de choisir quand et comment nous disons stop à nos souffrances. Et la semaine passée, cette justice a tenté une subtile astuce pour juger ce médecin (Dr Pierre Beck) ayant démontré une immense humanité. Cet acte charitable témoigne d’un sens aigu du respect d’un choix.

A contrario, j’aimerais relever que ces magistrats, ces juristes sachant tout mieux que la population générale sont parfaitement incapables de punir d’autres médecins utilisant les patient(e)s, petit(e)s et grand(e)s, comme une marchandise profitable ou des animaux de laboratoire, que l’on mutile et que l’on sacrifie sur l’autel de la science. […] Car une fois le jouet humain utilisé, martyrisé et mutilé, il est jeté aux ordures, sans euthanasie, bien sûr.

Je note que dans le domaine du choix éclairé de fin de vie, nous faisons marche arrière. […] Heureusement, j’ai mis sur pied une organisation nettement plus complexe pour décider moi-même le cas échéant, sans aucune possibilité d’interférence quelle qu’elle soit.

Au nom de ma liberté absolue de choisir, de décider tout ce qui concerne ma propre vie et sa fin inéluctable.


Lire à ce propos: Aide au suicide: ces limites que personne ne veut formuler


Laissez-moi vous raconter son EXIT

Alexandre Col, Genève

Il y a quelques années, […] j’ai ouvert la porte à la mort. Elle avait pour traits le visage d’une femme mûre, portant un pantalon bleu et un chemisier de soie jaune. Dans sa main, deux flacons que Jeanne allait boire une demi-heure plus tard dans sa chambre.

Elle y avait été transportée en ambulance de la clinique où elle se mourrait lentement, trop lentement. […] Le peintre David, dans son tableau La Mort de Socrate passe à côté du moment qu’il faut représenter. […] Ce n’est pas le moment de la pensée, de l’introspection ou de la parole, non; c’est le moment du corps soumis à la volonté. Toute ma vie, je me souviendrai de Jeanne réunissant les dernières forces d’un corps squelettique pour saisir le verre avec ses deux mains et boire, et boire. […] L’angoisse de ne pas réussir physiquement l’a tenu éveillée toute sa dernière nuit.

Je veux que vous compreniez combien, à ce moment précis, Jeanne est seule. Et combien nous, les proches qui l’entourions, sommes devenus lointains. Le suicide est un terrible et solitaire face-à-face entre une volonté et un corps. […] EXIT nécessite la volonté du suicidé et le consentement des compagnons de la dernière heure. Nous avons dû faire le chemin qui mène à l’acceptation du suicide.

Jeanne a bu, sans trembler, puis son visage est devenu de cire. C’était fini. Nous sommes restés là, devant ce corps. Et même si nous ne croyons en rien, dans cet avant et dans cet après, on ne peut se défaire du sentiment que la mort n’est pas quelque chose qui arrive, mais plutôt la vie qui s’en va. Le corps mort souffre d’une absence.


Pourquoi je suis membre d’EXIT

Claude Jaquet, Saint-Blaise

C’est par amour de la vie que je me suis inscrit à Exit il y a nombre d’années. Lorsque je suis malade, je consulte un médecin dans l’espoir qu’il me guérisse, ou du moins qu’il diminue mes souffrances. Je ne laisse donc pas la nature agir seule. Il se peut qu’à un moment la médecine ait atteint ses limites. Si elle s’acharne, le stade de l’acharnement thérapeutique est atteint et elle manifeste alors l’orgueil de ne pas admettre ses limites. En souhaitant mourir et en demandant l’aide d’EXIT, je ne fais que poursuivre dans l’attitude d’être soigné.

La mort est un élément de la vie, comme la naissance. Ce qui fait peur, c’est la souffrance. L’Homme a toujours lutté contre ce qui le fait souffrir. Contre le froid par exemple, il s’habille et construit des maisons de plus en plus perfectionnées pour se protéger des intempéries. Mes enfants comprennent ma position. EXIT m’offre une possibilité: m’épargner la souffrance. C’est un moyen de me rassurer, mais je ne l’utiliserai pas forcément.


Lire également: «Passé 75 ans, je ne devrais plus avoir à justifier de vouloir décider du jour de ma mort»


L’assurance de pouvoir m’en aller en temps voulu

Suzel Kissling, Berne

Je suis membre d’EXIT depuis au moins trente ans. Ce qu’il se passe dans la tête d’un homme ou d’une femme de 50 ans à 70 ans n’est pas semblable à 80 ans et plus. Pendant des années, faire partie d’EXIT était pour moi l’assurance de pouvoir m’en aller en temps voulu.

Mais ayant atteint l’âge de 83 ans et jouissant d’une bonne santé, mes craintes reviennent: EXIT ne m’aidera pas, puisque je suis en bonne santé. Je l’ai toujours su, mais cela me paraissait si lointain. Avoir la santé n’est pas une garantie de vie correcte et digne. Par contre, c’est une garantie de coûter cher à la société, alors que de nombreux jeunes ne sont pas soignés au mieux faute d’argent.

N’est-il pas normal, après avoir fait sa vie et élevé ses enfants, d’avoir le droit de poser ses valises et de refuser de poursuivre cette vie avant de perdre la tête? Et de le faire sans être devenu une charge pour ses enfants et pour la société. Qu’on aide ceux qui désirent vivre: oui, mille fois oui! Mais aidons aussi ceux qui, au crépuscule de la vie, désirent s’en aller dignement.

Mon souhait, et celui d’une foule de vieilles personnes, est le suivant: qu’il soit possible, à partir de 80 ans, à chacun et chacune de recevoir sur demande la potion létale. La police, la commune ou une autre institution officielle pourrait la remettre. Tous ne la demanderaient pas, ni ne la prendraient. Mais tous seraient soulagés de rester maîtres de la situation. EXIT pourrait intervenir sans craindre les ennuis et seule la personne qui le désire serait responsable de son départ, sans perturber le corps médical et son entourage.


Découvrez notre page dédiée à nos interactions avec nos lecteurs

Publicité