Revue de presse historique

La Suisse célèbre Carl Spitteler, son Prix Nobel de littérature

Le poète bâlois reçut la prestigieuse récompense il y a un siècle, en 1919. Plongée au cœur de ce qu’en dirent à l’époque le «Journal de Genève» et la «Gazette de Lausanne», avant les célébrations de ce centenaire, dès ce jeudi

Coup de tonnerre pour les lettres suisses. Le 13 novembre 1920, le Journal de Genève annonce dans un entrefilet en page 4, avec le délicieux vocabulaire de l’époque: «On mande de Stockholm […] que le Prix Nobel de littérature, qui n’avait pas été distribué l’année dernière, vient d’être accordé par l’Académie suédoise au poète suisse Carl Spitteler.» A ce jour, il reste le seul écrivain de ce pays à l’avoir reçu, il y a donc un siècle, si l’on excepte Hermann Hesse, Allemand naturalisé Suisse en 1924 et lauréat en 1946.

Un site web, un compte Twitter, une page Facebook et même une collection d’images sur Instagram rappellent en cette année de centenaire la mémoire de celui dont le Dictionnaire historique de la Suisse dit qu’«après des débuts difficiles, il prit place parmi les écrivains de langue allemande les plus reconnus». Outre son œuvre poétique, Carl Spitteler (1845-1924) a surtout marqué l’histoire pour son fameux discours prononcé devant la Nouvelle société helvétique le 14 décembre 1914 à Zurich, «Unser Schweizer Standpunkt» («Notre point de vue suisse»).