Coup de tonnerre pour les lettres suisses. Le 13 novembre 1920, le Journal de Genève annonce dans un entrefilet en page 4, avec le délicieux vocabulaire de l’époque: «On mande de Stockholm […] que le Prix Nobel de littérature, qui n’avait pas été distribué l’année dernière, vient d’être accordé par l’Académie suédoise au poète suisse Carl Spitteler.» A ce jour, il reste le seul écrivain de ce pays à l’avoir reçu, il y a donc un siècle, si l’on excepte Hermann Hesse, Allemand naturalisé Suisse en 1924 et lauréat en 1946.