Grandes échéances en vue pour Présence Suisse. L'agence fédérale chargée de promouvoir «l'image de la Suisse» – curieuse notion – à l'étranger inaugurera mi-février un programme ciblé sur l'Espagne. Avec Pro Helvetia, elle orchestrera une démonstration de force à l'occasion d'une importante foire d'art contemporain à Madrid. Puis elle enchaînera sur un copieux printemps suisse à New York qu'elle prépare depuis sa création, en 2000.

A l'origine, il y avait de quoi glousser. Née de la Commission de coordination pour la présence de la Suisse à l'étranger, dite COCO, Présence Suisse (PRS) a été instituée dans la panique de l'affaire des fonds en déshérence. Son directeur Johannes Matyassy, qui fut secrétaire général du Parti radical suisse, reconnaît que le mandat était «défensif»: restaurer cette sacro-sainte «image» à laquelle les Suisses tiennent tant, quitte à ne plus savoir quelles réalités elle doit représenter. Le cahier des charges de PRS constitue d'ailleurs un rafraîchissant catalogue des vertus que le pays s'attribue: «Quatre langues et quatre cultures, tradition humanitaire, démocratie et liberté, qualité et innovation.» Du sympathique Röstigraben à la ponctualité des CFF, l'Helvétie allait enfin se rendre désirable grâce à quelques galas bien fournis en petits-fours.

Le paysage de 2003 est légèrement différent. Sur la place du marché des nations, la concurrence s'accroît aussi bien sur le plan économique que touristique ou culturel, tandis que certains appellent à la fin de la diplomatie, le commerce extérieur étant vu comme le meilleur agent «vendeur» d'un pays. Pour sa part, la petite Suisse a adhéré à l'ONU, Thomas Borer roule pour d'autres intérêts et les Affaires étrangères, soudain moins stratégiques, passent en mains socialistes. Les responsables de PRS assurent avoir trouvé leurs marques, même si leur rôle n'est pas toujours clair car l'agence n'a aucune spécialité, elle doit coopérer avec les instances existantes. Le pari est de taille: dépasser les corporatismes, fédérer les énergies sans empiler les structures afin de créer des événements et des liens qui reflètent de la Suisse autre chose que ses petits pas, voire ses reculades, sur la carte du monde. Présence Suisse a encore tout à prouver.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.