Alexis de Tocqueville a eu plusieurs fois affaire à la Suisse, et notamment en tant que bref ministre des Affaires étrangères français en 1849. Il avait alors manœuvré pour obtenir l’expulsion des réfugiés politiques qui avaient trouvé asile en Suisse après la création de l’Etat fédéral, seul succès du mouvement démocratique européen de l’époque. La Suisse pensait pouvoir braver les puissantes monarchies qui lui réclamaient leurs ressortissants. Finalement, contre ses convictions, et parce que garder ces exilés lui eût coûté trop cher, la Confédération avait cédé.