Guillaume Tell fait de la retape pour l’aide aux médias. L’arbalète en bandoulière, notre héros national est à l’affût de ce qui se dit. «Pour une pluralité d’opinions, dites oui aux mesures d’aide aux médias!» dit en substance l’affiche des partisans. Il est permis de douter que Guillaume Tell se fût senti à l’aise dans le rôle militant que les partisans des mesures d’aide aux médias lui attribuent. Car notre héros national n’avait pas la réputation de chercher une proximité démesurée avec les régnants. Et l’on imagine mal qu’il eût été du genre à jeter l’argent par les fenêtres. Or c’est bien de ça qu’il s’agit avec le train de mesures en faveur des médias: d’un manque de distance avec le pouvoir et d’un gaspillage des deniers publics.