L’environnement stratégique de la Suisse est devenu instable, confus, imprévisible, plus complexe aussi: les tensions et rivalités politiques s’accroissent à la périphérie de l’Europe, sous l’effet à la fois de l’action délibérée de grandes puissances et de puissances régionales – la Russie pour ce qui est de l’est du continent, du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, la Turquie et l’Iran dans leur sphère d’influence qu’elles ne cessent de vouloir élargir. L’ombre de Moscou s’étend sur l’Europe. Le risque de guerre a augmenté entre la Russie et les Etats occidentaux: le renforcement des capacités conventionnelles, le recours aux armes cybernétiques et aux opérations hybrides telles que campagnes de désinformation et d’espionnage, les tensions entretenues autour de l’Ukraine favorisent la montée des périls. Si la rivalité stratégique entre les Etats-Unis et la Chine structure aujourd’hui l’ensemble des relations internationales, elle n’empêche pas ses deux pays de tenter d’influencer le cours des choses en Europe notamment.