Aller au contenu principal
Fort pouvoir d'achat en Suisse, mais aussi goût de la convivialité et des paradis artificiels... Surtout face au Léman?
© Happyalex/123RF

Revue de presse

Les Suisses champions du monde de l'achat de vins

C'est le premier budget dans un classement statistique planétaire. Plus du double qu'en France, où la bouteille est en moyenne plus de deux fois moins chère. D'après une étude de Movehub, les fils de Tell ont dépensé un peu moins de 650 francs en vins en 2015, pour 54 bouteilles ou 40,5 litres par habitant

Avouons-le d'emblée: c'est Le Figaro, toujours avide de cocasses particularités helvétiques, qui nous l'a glissé sur le Web: «C'est en Suisse que l'on dépense le plus pour boire du vin.» Les citoyens de ce pays n'ont donc pas craché au bassinet en 2015: ils ont dépensé 593,46 euros dans le vin. Soit 643,25 francs par tête de pipe, l'équivalent de 54 bouteilles de vin, soit 40,5 litres par an et par habitant (1,1 déci par jour), indique le site Movehub, auteur d'une étude sur le sujet et qui publie toute une série de passionnantes infographies en matière de consommation de vin dans le monde entier:

C'est donc «le premier budget au monde», plus du double qu'en France, avec 283,40 euros.» L'étude précise que dans les contrées de Tell, le «prix unitaire moyen» de la bouteille milieu de gamme, c'est 10,99 euros la bouteille, pas très loin de 12 francs. Chez Movehub, on est précis. «Cette jeune start-up française basée à Londres» a en fait «passé en revue les statistiques de 178 pays du globe émanant du Wine Institute, une société californienne qui répertorie la consommation et les échanges internationaux (...), avec le site Numbeo.com.

Ce dernier s'intéresse au coût de la vie dans de nombreux pays du globe pour des articles de consommation courante.» Il a pris en compte «le prix d’une bouteille de vin standard milieu de gamme dans chaque pays, indépendamment de la marque et de l’origine du produit. Alors, le site Industrie-agroalimentaire.com a peut-être mis le doigt sur la «réalité réelle» en titrant son article sur la même étude: «Les Suisses achètent des bouteilles de vin plus chères.»

Et l'on confirmera: normaux, ces chiffres, les vins sont hors de prix chez nous. Et il serait intéressant d'avoir des statistiques région par région, question de vérifier si les Romands sont bien «les Grecs» de la Confédération, comme l'écrivit la Weltwoche en 2012. D'ailleurs, les Français boivent deux bouteilles de plus par habitant et par année (5e position mondiale), mais le prix du flacon «milieu de gamme est nettement moins élevé»: 5 euros, plus de 50% meilleur marché. De toute manière, ce sont tout de même «les Européens qui dépensent le plus (...) sur la planète» pour garnir leur cave.

LaTribune.fr, pour sa part, fait habilement remarquer que le fisc est une donnée qui compte. Car après la Suisse, «c'est ensuite du côté des îles qu'il faut aller chercher les plus gros dépensier»: Caïmans, Malouines, Aruba, Norfolk. «Autant d'îles considérées comme des paradis fiscaux par certains pays de l'Union européenne.»

Alors, est-ce normal, docteur? Les internautes, de leur côté, disent «bravo les Suisses. Nous avons des affinités avec vous!» Mais aussi: «Certes, mais il faut se payer son assurance privée. Le coût de la vie est également plus élevé. Au final, je ne suis pas certain que les Suisses sont plus heureux que les autres. Ni sensiblement plus riches.» Etonnant, non?

Un autre lecteur du Figaro précise qu'«en Suisse, ils ont un niveau de vie supérieur»... et n'ont pas de président «qui se fiche du pouvoir d'achat des habitants de son pays» comme en France où seuls importent à François Hollande «son menu du jour, ses rendez-vous galants et sa possible réélection pour (...) cinq années d'oisiveté supplémentaires»... Et à propos des chiffres «horribles» de la principauté d'Andorre, un autre encore a une explication: ce «n'est pas le pays où l'on boit le plus, mais où tous les touristes et frontaliers français et espagnols viennent s'approvisionner à bon compte. Pas étonnant donc que le débit de boisson y soit au top.»

En Europe, on oberve tout de même quelques exceptions: «En Estonie, Lettonie, Biélorussie, Pologne ou Ukraine, où l'on préfère peut-être des alcools plus forts comme la vodka, on dépense moins de 20 euros par an en vin. Enfin, le Kosovo est le pays où l'on dépenserait le moins en Europe, avec en moyenne seulement un budget annuel de 60 centimes par personne, soit moins d'une bouteille par an!»

Toujours selon Movehub, le prix de la bouteille de vin milieu de gamme la plus chère au monde se trouve aux îles Marshall, en plein Pacifique, au large de la papouasie-Nouvelle-Guinée: elle y coûte 22,17 euros, mais «les coûts d'acheminement de la marchandise et les taxes locales font flamber la facture.» Quant à «la bouteille la moins chère», on peut l'acheter au Togo, pour 1,52 euro.


Les principaux chiffres de l'étude

Top 5 des pays où l'on boit le plus de vin au monde

Andorre: 61,68 litres

Croatie: 58,93 litres

Slovénie:58,76 litres

Ile Norfolk: 56,88 litres

France: 56,68 litres

Top 5 des pays où l'on dépense le plus en vin (par personne par année)

Suisse: 593.31 euros

Iles Caïmans: 537.26 euros

Iles Malouines: 530.23 euros

Aruba: 473.31 euros

Ile Norfolk: 437.41 euros

Top 5 des pays où l'on dépense le moins en vin (par personne par année)

Ethiopie: 0.02 euro

Inde: 0.09 euro

Burundi: 0.11 euro

Turkménistan: 0.12 euro

Népal: 0.17 euro

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)