Pourquoi le Conseil fédéral est-il en retrait sur la question de nos relations avec l’Union européenne? Depuis la fin des négociations sur l’accord institutionnel il y a près d’une année, le seul message de Berne semble être «Donnez-nous plus de temps». On laisse aux partenaires sociaux et aux cantons le soin de résoudre la question des mesures d’accompagnement qui font obstacle à la signature de l’accord avec l’UE.

Pour la première fois, un membre du Conseil fédéral a tenté d’expliquer ces réticences. La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a prononcé sur ce thème le 17 octobre dernier un discours à l’Université de Zurich. La cheffe du Département de justice et police a rappelé que Winston Churchill avait plaidé – dans la salle même où elle s’exprimait – pour les Etats-Unis d’Europe en 1946 et qu’il avait décrit quelques mois auparavant le «rideau de fer» qui s’abattait sur notre continent. Il y a trente ans, la chute du mur de Berlin provoque l’euphorie.