Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«Difficile, a posteriori, de donner raison à ceux qui voyaient dans le droit de fumer partout et tout le temps le dernier bastion de la liberté individuelle.»
© Stock.tookapic.com/Pexels.com.

Conférence de conciliation

Tabac: la société (à nouveau) en avance sur le parlement?

OPINION. Le tabagisme est la principale cause évitable de maladies et de décès en Suisse. Les Chambres se montrent toutefois résistantes face à toute tentative de mieux contrôler le secteur. Mais une majorité de la population n’est-elle pas favorable à une politique bien restrictive? Nous le saurons bientôt, dit notre chroniqueuse

Vous souvenez-vous? C’était il y a exactement dix ans, Genève et Vaud votaient sur l’interdiction de la fumée dans les lieux publics. Débat peu serein s’il en est, la règle proposée était facilement qualifiée de liberticide, ses partisans d’ayatollahs hygiénistes. J’étais moi-même tiraillée, convaincue d’un point de vue de santé publique mais tout autant attachée à ma cigarette pour accompagner un verre de rouge…

Même les fumeurs aiment mieux les bistrots

Difficile, a posteriori, de donner raison à ceux qui voyaient dans le droit de fumer partout et tout le temps le dernier bastion de la liberté individuelle. Depuis l’interdiction, même les fumeurs aiment mieux les bistrots, et leurs clients détestent beaucoup moins les fumeurs. Et, même dans le cercle privé, même pendant un bon repas, fût-il bien arrosé, presque plus personne ne s’allume une clope à table entre le rôti et le fromage.

Vivons-nous moins libres? La réponse est dans la question.

A l’évidence, le soutien d’une large majorité pour des règles plus strictes contre la fumée avait été sous-estimé. Il semblerait que l’on soit en train de rejouer le film avec le nouveau projet de loi sur les produits du tabac.

Du minimalisme à l’anecdotique

Rappel des derniers épisodes: à la fin de 2016, un projet modéré, prévoyant notamment l’interdiction de vente aux mineurs (si, si) ainsi que des interdictions de publicité dans les cinémas, sur affiches et dans la presse payante, échouait au parlement, encore une fois au nom des principes libéraux. La majorité demandait toutefois au Conseil fédéral de revenir avec des propositions ciblant les mineurs. La consultation à ce sujet vient de se terminer. Si la précédente était minimaliste, celle-ci confine à l’anecdotique.

Mais cette fois, l’issue pourrait être tout autre. Lassées par les accointances du parlement avec la branche du tabac, 30 organisations de santé ont décidé le lancement d’une initiative. Elle demande d’interdire toute forme de publicité touchant les jeunes, sachant que plus de la moitié des fumeurs en Suisse ont commencé avant l’âge de 18 ans.

Lire aussi: Loi sur le tabac: une initiative pour défier le parlement

Nous en sommes donc de retour à la situation d’il y a une décennie. Il faudra à nouveau une manifestation de volonté du peuple pour faire bouger les lignes. Comme des signaux de fumée à l’intention de ce parlement récalcitrant de la part d’une société helvétique visiblement en avance sur lui.


Chronique précédente

Le parlement suisse est toujours prêt à couper

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)