L’économie aime bien se faire peur et la remontée des taux d’intérêt n’échappe pas à cette dramatisation ambiante. Officiellement, c’est pour lutter contre l’inflation. Mais la réalité est plus compliquée.