Vacances à l’italienne (5/6)

«A tavola!» («A table!»)

Une invitation au voyage à l’italienne, avec les souvenirs olfactifs et les photos mentales que tous ont, un jour ou l’autre, sauvegardés dans la mémoire des moments familiaux

Pourtant vous l’aviez dit, que vous n’en vouliez plus. A plusieurs reprises. En vain, la troisième portata arrive et vous devrez mangiare ancora un pò, per educazione. Ben oui, ça ne se fait pas, de refuser. Au restaurant, chez des gens, la nourriture abonde et vous avez les dents du fond qui baignent. «Ancora due», «juste un peu», mais les unités de mesure à l’italienne ne correspondent en rien à ce qui est acquis dans un imaginaire… normal.

Les portions, les proportions semblent démesurées et entraînent la satiété avant même d’y avoir goûté. Vous qui ne vouliez que de la pastèque et du jambon, une tranche de pizza et une glace pour le dessert…

Régime méditerranéen

En quoi consiste donc ce si célèbre régime méditerranéen? En la dissociation des aliments, la variété, la qualité, l’huile d’olive vierge a crudo… Mais il y a encore quelques soucis sur le plan de la quantité. Mes deux amies s’en souviennent. Un repas familial du dimanche chez une tante.

Persuadées d’avoir terminé après les antipasti, se voyant déjà lézarder au soleil sur la plage, quelle n’était pas leur stupeur au moment de s’entendre dire «Arriva la pasta»… suivie du ragoût, et del secondo piatto, généralement une viande et/ou un poisson agrémenté de pommes au four et de légumes verts. Et la salade, le fromage, les noix, le dessert, la glace, les digestifs, la grappa, un chocolat, le café, un biscuit.

Il était 18h quand nous avons été en mesure de nous lever de table. «Non, mais il y a une technique pour ingurgiter tout ça?» Avec le temps j’en ai tiré ma propre conclusion: il est vital de discuter à table, de gesticuler, de bouger et d’avoir des débats animés. Ça fait brûler des calories.

Donc on remange. Perchè l’ospitalità n’est pas une courtoisie, c’est un rite. «Uno non va senza due», («si t’en prends un, t’en prends deux») et la richesse du patrimoine culinaire italien est enfant des orgies romaines. Et puis la vie sans goût, c’est indigeste. Vous en reprendrez bien un peu?


Chroniques précédentes

Publicité