En amont de la conférence Building Bridges, qui aura lieu du 29 novembre au 2 décembre à la Maison de la paix, à Genève, Le Temps confie ses espaces dévolus aux opinions à Lore Vandewalle, professeure associée au département d’économie de l’Institut de hautes études internationales et du développement, qui a réuni une série de tribunes autour de la finance durable.

L’investissement durable sur les cinq plus grands marchés mondiaux s’élevait au début de 2020 à 35,5 billions de dollars américains. Son accroissement en Europe avait cependant ralenti de 13% entre 2018 et 2020. L’investissement durable représentait 58,8% du marché européen en 2014 et seulement 41,6% en 2020. La raison de cette baisse n’est pas que la demande ou l’importance que le marché européen donne aux investissements durables aient diminué, bien au contraire. Ce ralentissement est en fait une réponse du marché aux premiers effets du plan d’action européen pour une finance durable: il reflète l’ajustement du marché à la révision des définitions sur l’investissement durable, responsable ou vert.